Où trouver l’inspiration pour se mettre à la mode éthique ?

Tu as envie d’abandonner la fast fashion pour te tourner vers la mode éthique et un mode de consommation plus responsable. Le souci, c’est que tu ne sais ni par quoi commencer, ni vers quelles marques et matières te tourner ? 

Parce que oui, quand on se lance dans un nouveau mode de consommation, il faut déconstruire ses idées et ses habitudes, en s'éduquant sur de nouveaux sujets. Et ce n’est jamais simple !  C’est pour cette raison que nous profitons de ta soif de shopping en cette fin de confinement, pour te partager nos comptes Instagram préférés sur la mode durable. Comme ça, tu sauras vers quelles marques et concepts te diriger. 

Derrière chacun des comptes Instagram que nous vous partageons se cachent de vrais passionnés !  Ils te donnent les clés pour t'informer sur toutes les problématiques liées à la fast fashion, et comment suivre la voie d’une mode plus responsable. On les remercie d’ailleurs d’avoir répondu à nos questions pour cet article. On te le garanti, tu en tireras une belle dose d’inspiration !

Iznowgood : entre slow travel & mode éthique

Céline avait la vie typique d’un cadre dynamique de la finance... jusqu’au jour où elle a ralenti, pour se poser les bonnes questions, et reprendre un chemin qui lui correspondait bien mieux. Depuis, elle partage sa passion pour le zéro déchet et la mode éco-responsable. Puis en 2018, avec son compagnon David, ils se sont lancés dans un tour du monde sans avion ! On les a suivi avec admiration (et envie !) depuis la France et à travers l’Europe et l’Asie. Un slow-travel qui nous fait découvrir des paysages merveilleux, d’autres façon de vivre, et les réflexions que ça soulève. Iznowgood c’est donc un joyeux mélange de conseils et coups de cœur Slow Fashion, d’anecdotes de voyages et réflexions sur nos modes de consommation

Son coup de génie ? Le générateur de marque’IZ. Une mine d’or pour tous ceux qui cherchent de belles marques éthiques. 

Notre question : L’un des premiers critères mis en avant par beaucoup dans la mode éthique, c’est le made in France. Mais on constate aussi que nous avons rendu dépendantes de nombreuses populations avec la production textile en Asie : Bangladesh, Cambodge, Birmanie... et eux aussi ont grand besoin de ces revenus générés par le textile. Pour toi où se trouve le bon curseur ? 

Céline : "C’est un sujet passionnant ! Je suis effectivement d’avis qu’il ne faut pas se retirer d’un coup des pays que nous avons rendus dépendants des besoins de nos grandes entreprises. C’est d’ailleurs ce que l’on observe avec le retrait soudain lié au coronavirus des commandes de productions des grandes enseignes de fast fashion qui laisse des millions de travailleurs sans le sous et dans la détresse à l’autre bout du monde. On parle de « colonisation moderne » pour dénoncer cette mainmise du « vivre ou mourir » sur les populations pauvres des pays asiatiques. On ne peut pas asservir une population pendant des dizaines d’années et se retirer tout d’un coup.

L’Histoire nous a appris, avec les périodes de décolonisation, qu’il faut envisager de le faire en douceur. Pour ce faire, les marques qui privilégient le commerce équitable et encadrent les conditions de travail et les procédés de production en Asie sont à soutenir. Elles montrent la voie et rémunèrent de façon juste des populations qui ont besoin de pouvoir prendre de la distance sur la question « va-t-on pouvoir manger demain ? » pour pouvoir s’élever et créer quelque chose par elle-mêmes. Certaines d’entres-elles travaillent avec des ateliers qui mettent un point d’honneur à rendre indépendants et libres leurs ouvriers, et c’est tout ce dont nous avons besoin pour construire un monde juste et solidaire."     

Girl Go Green : La Green Life côté Fun

Zéro déchet, placement bancaires responsables, mode éthique, vintage et green beauty... tout est là pour faire de toi un consommateur éclairé. Avec Camille, les conseils sont clairs, détaillés et simples à mettre en place. Pour nous, elle incarne un puit sans fond d’idées pour changer son mode de consommation sur tous les niveaux ! 

Son coup de génie ? Ses photos, dont la composition et les couleurs sont toujours au top, avec toujours un petit brin de folie ! Bref, ça donne envie et le contenu est toujours à la hauteur. 

Notre question : On a vu que tu vantais les mérites du seconde main dans la story de slo.we.are. On voit aussi que les plateformes comme Vinted explosent depuis quelques années. Et pourtant, le “seconde main” ne semble pas toujours avoir une image au top. Comment l’expliques-tu et comment changer les mentalités selon toi ? Comment le démocratiser ? 

Camille : “Je ne suis pas tout à fait d'accord que le seconde main n'a pas une image au top. Je crois qu'il y a tout d'abord une question de sémantique. Dites "seconde main" et peut-être certains seront un peu étonnés. Dites "vintage" ou "tenue chinée" et tout de suite ça fait fashionista et ça donne une impression de rareté et d'unicité. 

Je crois que ceux qui sont encore réfractaires au seconde main sont simplement victimes du marketing et de la logique capitaliste qui nous a asséné pendant les 60 dernières années qu'il fallait toujours acheter nouveau, neuf, de plus en plus souvent, sans quoi on était pas dans le coup ou on ne serait pas heureux. Une fois qu'on a pris du recul avec ce discours qui ne vise qu'à accroître les profits d'entreprises mortifères (l'industrie de la mode est la 2e plus polluante du monde et c'est aussi une industrie d'esclavagisme) et que l'on se rend compte que l'on se joue de nous simplement pour avoir notre argent, alors on porte un tout autre regard sur ce qui existe. Il y a une vraie nécessité à ce que les consommateurs aiguisent un œil plus critique par rapport aux messages marketing et à la frénésie des "modes" qui passent (on a 4 saisons dans l'années, mais si on vous fait croire qu'en fait il y en a 12 alors vous achèterez 3 fois plus !). 

Pour démocratiser le seconde main, qui est déjà selon moi bien en passe de l'être, je pense qu'on a besoin de faire rêver avec des pièces de seconde main. On a besoin d'égéries, de glamour, et de personnes fières de porter des pièces qui ont une histoire, qui durent, et que l'on ne retrouvera pas sur tout le monde. Quand je porte une tenue de seconde main, je me sens puissante et fière de moi. Car je suis alignée avec mes convictions, car je sais que je n'ai pas contribué à une industrie néfaste, car j'ai fait preuve de patience pour trouver la pièce, car j'ai été créative pour l'agencer avec les autres pièces de mon dressing. Ca me rend unique, cohérente, et c'est ça que devrait permettre la mode.”

Make my Clothes Great Again : Apprendre sur la mode responsable de façon ludique

Il y’a quelques années, Mathilde s’est rendue compte qu’elle était gravement allergique au polyestère….et avec son appétence pour la recherche et l’écriture, elle s’est penchée sur la question de la mode durable : droit de l’homme, composition textile, externalité écologiques. Son compte instagram met en lumières de nombreux chiffres et sujets d’étude autour de la fast fashion. Un contenu très ludique, visuel et approfondi, on adore ! 

Pour en savoir plus sur son son parcours fascinant et faire le plus d’infos, écoutez cet épisode du podcast “Les jours bleus” de Apolline Rouzé, où elle reçoit Mathilde “Make My Clothes Great Again”.  

Notre question Que penses-tu des gammes “Life” créées par toutes les grandes marques de fast fashion ( H&M, Mango etc”...qu’on voit fleurir à peu près depuis la catastrophe du Rana Plaza ? 

Mathilde : "Elles aident à démocratiser la connaissance des fibres plus éco-responsables et incitent probablement à une réflexion sur la nécessité de consommer ces fibres.

Toutefois, elles représentent le moyen pour les boîtes de redorer leur blason en utilisant des collections "green"qui en fait ne le sont pas toujours, et qui ne représentent que 10% voire moins de l'offre. En d'autres termes, du greenwashing parfois. Je nuance cependant mon propos en confirmant qu'il faut bien commencer quelque part et qu'une entreprise qui essaie de faire sa part en analysant et améliorant sa chaîne de production est déjà plus louable qu'une entreprise qui ne fait rien. Certains répondront que beaucoup d'entreprises ont les moyens de faire beaucoup plus que ce qu'elles ne font et c'est vrai, cependant il ne faut pas oublier que tant que la volonté ne vient pas du consommateur final, l'entreprise ne changera pas. :) 
Si l'on part du principe que c'est déjà mieux que rien, j'ajouterais aussi que je m'interroge sur le prix de ces collections qui reste très abordable et laisse à penser qu'un aspect trinque : celui des droits humains. Très concrètement, c'est bien de vouloir faire mieux, mais je trouverais plus pertinent d'avancer à 50-50 sur les piliers du développement durable, de manière égale, plutôt que de promettre des collections éco-responsables mais qui négligent les droits humains."

Les marketplaces où faire votre shopping éthique

Slo We Are : le label éco-responsable à suivre

Lancée début 2017, la plateforme Slo We Are a pour ambition de devenir la référence en termes de mode éco-responsable. On apprécie particulièrement le moteur de recherche pour trouver des vêtements et accessoires de marques éthiques, associé à une foule de conseils et informations pour devenir un acteur de la mode de demain. 

Leur coup de génie ? Leur guide de lecture des étiquettes 

We Dress Fair : une marketplace 100% éthique

WeDressFair, c’est LA marketplace française pour dénicher vos vêtements et accessoires. Tout y est produit par des marques dont les labels, compositions et modes de productions ont été vérifiés et validés pour vous ! Leurs valeurs motrices : la transparence et la cohérence de toutes leurs démarches ; depuis les produits qu’ils proposent jusqu’au fournisseur d’énergie de leur locaux, leurs efforts pour une consommation responsable de fait à 360°. 

Leur coup de génie ? Une boutique physique à Lyon, qui soutient activement les associations et activités économiques locales.

Maintenant, plus d'excuses ! Tu as toutes les cartes en main pour faire le choix d'une mode éco-responsable.

Chez Un Pari Fou, nous sommes convaincus qu'un consommateur responsable en vaut trois ! Alors n'hésites pas à partager cet article pour répandre la bio-parole autour de toi.

Et va faire un tour sur notre E-Boutique, pour des t-shirts qui se mettent à la mode éthique !



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire