Le tatouage Berbère

Les origines de la culture berbère remontent à la période pré-islamique. Les ethnies berbères sont des tribus nomades dont l’on retrouve des traces datant de l’antiquité égyptiennes. Historiquement, on retrouve des traces de leur présence dans plus d’une dizaine de pays africains, du Maghreb méditerranéen à l’Afrique sub-saharienne en passant par le Niger et l’Égypte.

Partons à la découverte des tatouages berbères : leur histoire, leur symbolique et leur signification.

1/. L’histoire du tatouage berbère

Le tatouage, lié à un ensemble de rites païens de sorcellerie et de magie, est l’un des plus anciens rites de la culture berbère. De tout temps, le tatouage a été une coutume chez les femmes berbères, que ce soit à titre ornemental, pour se parer comme avec des bijoux et se rendre plus belles et désirables, ou pour exprimer un sentiment, symboliser un statut social. Par exemple, lors de la mort de son mari, une femme berbère pouvait porter un tatouage sur le menton reliant chaque oreille, symbolisant la barbe du mari mort. 

Remontant au Néolithique en Afrique du nord, le tatouage des tribus nomades berbères servait également à dissocier et à identifier les membres des différentes tribus Amazigh par des dessins, souvent sur le visage, aux caractéristiques très géométriques et aux vertus prétendument magiques. Le tatouage était notamment censé éloigner le mauvais œil et apportait bonne fortune et réussite.

Aujourd’hui encore, les femmes sont les dépositaires des coutumes d’une civilisation très ancienne, qui va à l’encontre de l’islam actuel, tel qu’il est interprété dans de nombreux pays. Cependant, même si le tatouage berbère a perduré depuis l'Antiquité, il a commencé à disparaître au XXème siècle, dans les années 40. En l'espace d'une génération, le tatouage a cessé d'être transmis. Aujourd'hui, seules certaines femmes très âgées des villages berbères continuent de les porter.

2/. Les fonctions du tatouage dans la culture berbère

La fonction du tatouage est donc historiquement multiple chez les Amazigh :

Fonction esthétique : Le tatouage est souvent fait de manière esthétique, ce qui donne aux femmes la vertu de la beauté, en particulier quand il est gravé sur le menton, le front, le nez et les joues. En d’autres termes, le corps devient une toile de peinture avec ses formes, ses lignes et un texte où le tatouage devient un discours. Cela signifie que le tatouage était la véritable manifestation de la beauté des femmes berbères.

Fonction de pureté : Le tatouage est associé à la fonction de pureté car il purifie l’âme humaine des maux et des péchés, en suscitant la peur, la compassion, le repenti et le désir de chercher le pardon. De plus, les tatouages sont des sacrifices représentant la fidélité, la loyauté et la sincérité pour atteindre la pureté spirituelle. Le tatouage exprime également un pont intermédiaire entre la matière et l’esprit, entre le corps et le sanctuaire.

Fonction thérapeutique : Les tatouages ont une fonction thérapeutique car ils protègent l’être qui les portent, contre les maladies organiques, psychologiques et épidémiques. Par exemple, les tatouages sur le coup pour se protéger de la maladie du goitre, les tatouages sur les épaules pour se préserver de la stérilité ainsi que ceux sur les poignets pour se protéger des foulures. Dans certaines tribus, les tatouages sont généralement limités à un seul point au-dessus du menton, un du côté droit du nez pour se protéger des maux de dents.

Fonction magique : La fonction magique est la fonction la plus importante des tatouages, comme chez beaucoup de peuples africains et amazighs, où les tatouages se transforment en un outil magique pour contrer les pouvoirs mystérieux. Ainsi, les tatouages sont devenus des formes géométriques et des signes magiques qui protègent l’homme du mal, de la pauvreté, des calamités et du mauvais destin.

Fonction identitaire : Le tatouage est un phénomène identitaire qui exprime les caractéristiques culturelles et civilisationnelles de l’homme amazigh, à travers ses rituels et ses coutumes. De plus, les tatouages ​​expriment également une transition de l’enfance à l’âge adulte, ainsi que l'appartenance à une communauté ou à une tribu. En outre, le tatouage a une fonction totémique et rituelle associée à la vie tribale, ses modes de comportement et ses valeurs. Souvent, les gens dessinent des symboles sur leur corps ou les tatouent pour confirmer leurs appartenances une communauté particulière, pour les peuples berbères, le tatouage apparaît comme une forme d’auto-identification.

3/. Les motifs du tatouage berbère

Chaque détail, chaque motif a sa propre symbolique dans le tatouage berbère :

  • Le point symbolise le foyer, qui est au centre centre de la maison
  • Le carré est la représentation de la maison
  • Deux carrés superposés symbolisent le combat de dieu contre la malédiction et les ténèbres
  • Le croissant de lune représente la matière qui naît, grandit et meurt
  • La spirale symbolise l’harmonie éternelle
  • Le cercle représente l’absolu
  • Les palmiers tatoués sur le front des femmes berbères invoquent la déesse mère
  • Le premier trait vertical symbolise dieu et la vie
  • Les deux traits symbolisent la dualité entre le bien et le mal qui sommeillent en chacun
  • La rosace, composée de deux triangles : celui qui a la pointe vers le haut symbolise le feu et la virilité, tandis que le triangle avec la pointe en bas représente l’eau et la féminité
  • Le signe + symbolise l’oeil de Dieu, l’étoile dont la lumière guide l’homme dans la nuit
  • La croix symbolise les deux jambes ou les deux bras de l’homme
  • Autres symboles : la palme du palmier, les chevrons, les pectines de sapins, les lignes de vie…

Envie d'en savoir encore plus ?

Nous vous conseillons ce superbe reportage autour du tatouage berbère. Manel y rapporte son voyage dans les villages berbères de Tunisie, à la recherche de témoignages des quelques femmes encore tatouées qui subsistent.

Si les tatouages vous intéressent, vous adorerez aussi les livres suivants: 

- "Les symboles communs des peuples agraires: des berbères aux amérindiens", Jean-Bernard Moreau 

- "Paroles de symboles", Noureddine Hamouche 

- "Couleurs de terre, couleurs de rêve", Noureddine Hamouche et Hanifa Hanchi 

- "Berber tattooing" in Morocco's Mittle Atlas, Felix & Loretta Leu



Article précédent


Laissez un commentaire